Hommage à Mylène Paquette qui complète sa traversée de l'Atlantique à la rame

La rameuse océanique montréalaise a réalisé son plus grand défi personnel, le 12 novembre dernier, en matinée, après avoir franchi la ligne d’arrivée d’une traversée de l’atlantique en solitaire. Elle devient ainsi la première nord-américaine à avoir accompli une telle performance.

Mylène Paquette, âgée de 35 ans, a tracé un parcours audacieux de 5000 km entre Halifax et Lorient en France, en 129 jours de navigation. Elle a pu crier victoire à 120 km de la côte bretonne ou une ligne d’arrivée a été imaginée à son honneur, puisque les eaux en bordure de la destination sont critiques en saison automnale.

 

Grâce à l’implication de l’École de design de l’UQAM, au travail de M. Fernando Ramirez, étudiant au DESS en design d’équipement de transport de l’UQAM et à l’encadrement fourni par M. Steve Vezeau, professeur du DESS et M. Michel-Dominique Cloutier, de l’entreprise Claude Nadeau design, une dizaine d’instruments ont été créés et bonifiés sur l’embarcation de la rameuse dont les déflecteurs, les supports à rames, une protection pour la radio, ainsi qu’un support gyroscopique très ingénieux pour tenir le « jetboil », équipement qui value quelques péripéties à Mylène.

L’expédition ne fut pas de tout repos. Elle dut affronter des vents puissants et des vagues dépassant une hauteur de dix mètres. Les caprices de Dame Nature ont occasionné une prolongation de son périple d’environ un mois sur le temps préalablement estimé. Une traversée qu’elle remit en doute à mi-chemin, suite à une longue période de surplace.

Au fil de son périple, l’embarcation s’est renversée à plus d’une dizaine d’occasions, dont une tempête qui provoqua l’incident à trois reprises dans une période de 24h. Malgré quelques précautions, ces imprévues, lui en couté quelques blessures mineures dont une à la tête. Son éolienne endommagée par ces événements l’a contraint à parcourir les derniers kilomètres de son expédition sans électricité.

Un exemple de courage et de détermination, Mylène Paquette est parvenue à rencontrer ses objectifs initiaux de son expédition, soit le dépassement de ces limites personnelles ainsi qu’une sensibilisation sur les répercussions de l’homme sur les milieux marins.

Toutes nos Félicitations Mylène !